Plus d’une centaine d’écoliers sans professeur

Publiée le 22 mars 2024 - Mise à jour le 26 mars 2024

Devant les écoles, les parents d’élèves se mobilisent contre la recrudescence des absences de professeurs non remplacés. Un droit à l’école non respecté par l’État. Le tribunal administratif pourrait être saisi pour ce manquement. Une réunion d'information est prévue le 28 mars à 18h salle Robespierre.

« Il semble qu’il va y avoir la semaine prochaine un remplaçant à l’enseignant absent », indique, en aparté, une maman à Andréa Miranda, parent d’élève déléguée et porte-parole membre du collectif Parents de Vitry à l’école maternelle Paul-Langevin. « Non mais attends, répond-elle, les sourcils froncés, si l'inspection ne nous envoie pas cette information par écrit, dès lundi nous saisirons le juge du tribunal administratif en référé pour non remplacement d’enseignant, la lettre est prête, on lui a envoyé la copie ». Là, se presse, ce vendredi matin 22 mars, presque une centaine de parents en colère acompagnés de leurs enfants.

Voici quatre semaines qu’une classe de grande section s'y trouve sans professeur des écoles, la leur étant en congé maternité. Ces écoliers se voient répartis pour la plupart dans les autres classes qui, surchargées, deviennent parfois inopérantes.

Devant les grilles, l’adjointe au maire à l’Éducation, Isabelle Ougier, en présence d’autres élus locaux, départementaux et régionaux, juge la situation « scandaleuse ». « Les enfants de Vitry ont le droit à l'école tous les jours, déclare-t-elle. L’Éducation nationale se doit de fournir des remplaçants, pour le respect du principe de l’égalité des chances. »

Pénurie inadmissible

Cette situation de pénurie est loin d’être isolée. Elle affecte la communauté scolaire à l’école maternelle Cachin B, Makarenko B et la Petite-Saussaie, à l’élémentaire Wallon B, Jean-Moulin , à l’élémentaire et maternelle Blaise-Pascal, Montesquieu, Casanova … L’association de parents d’élèves FCPE pointe en ce moment les lacunes, notamment à Vitry. À la maternelle Jean-Moulin, occupée depuis une semaine en raison d’une classe sans professeur depuis... novembre, les parents sont à bout. « On n’a plus de mots tellement la situation n’est plus supportable, on en a marre, lâche Vanessa Sanneli, parente déléguée FCPE. L’inspection a trouvé récemment comme solution de partager une maîtresse en deux : elle fait cours deux jours chez les petits et les deux autres jours chez les moyens. »

Risque de retard d’éducation

Pour l’heure, à la maternelle Langevin, les parents trépignent derrière leurs panneaux « SOS grande section : maîtresse ! »  «  Enseignants en galère, parents en colère ». «  Personnellement, c’est notre première mobilisation, notent Asim et Sarah, près de leur petit Dannyal, bientôt 6 ans. L’Éducation nationale ne se donne pas les moyens de fournir les postes de professeur. Est-ce un problème de gestion, un problème de salaire ? s'interrogent-ils. En tous cas, on s’inquiète du retard d’éducation de notre fils, bientôt au CP. On éprouve son stress le matin de ne pas savoir s’il aura maître ou maîtresse. On stresse pour trouver des modes de garde et on imagine la difficulté des professeurs dans les classes perturbées par l’accueil des enfants sans professeur. »

Pour Andréa Miranda, représentante des parents, il est hors de question de lâcher et d’accepter que les enfants n’aient pas cours jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Une réunion d'information est prévue jeudi 28 mars à 18h salle Robespierre, 3, allée du Petit-Tonneau. 
Des enseignants du premier et second degrés seront présents pour échanger avec les parents d'élèves sur la situation des établissements scolaires à Vitry et les différentes réformes mises en oeuvre au niveau national.

Gwénaël le Morzellec

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 2 premiers caractères et les 2 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires

Partager sur :

FacebookTwitter

Envoyer :

Envoyer