La concertation sur l’OIN a démarré

Publiée le 10 septembre 2021 - Mise à jour le 17 septembre 2021

En mairie et via le site internet, près de 400 personnes ont participé à la réunion de lancement de la concertation sur le projet d’aménagement de l'opération d'intérêt national des Ardoines le 8 septembre. Prochaine réunion d'information sur la ZAC Seine Gare et de concertation sur les espaces publics vendredi 17 septembre à 19h au collège Audin.

Il a fallu ajouter des rangées de sièges en raison de la forte affluence ! Le 8 septembre au soir, près de 150 personnes ont assisté, à l’hôtel de ville, à la réunion de présentation de l’opération d’intérêt national (OIN) des Ardoines, également suivie en direct via internet par 250 personnes.

Certains sont venus « juste pour s’informer », comme Mireille, habitante du Plateau, qui ne « connaît rien au projet ». Pierre, de Balzac, est surtout soucieux de « comprendre comment va être gérée la partie développement économique ». À 87 ans, Christiane, elle, a tenu à être présente, car : « c’est important de savoir quelle ville on laisse aux générations futures. Et s’assurer que ces quartiers leurs resteront accessibles ».

Après une vidéo de présentation de l’OIN, Pierre Bell-Lloch, le maire, et Stephan de Faÿ, directeur de Grand Paris Aménagement (GPA) - EPA Orsa, ont retracé les étapes de la renégociation qui a permis, fin juin, de relancer le projet après deux ans d’arrêt.

Nous avons trouvé des solutions

« Il était important que les fonds engagés pour la ville nouvelle n’empêchent pas le reste de Vitry de se développer. Nous avons trouvé des solutions pour que les projets de renouvellement urbain puissent se faire », s’est félicité le maire. La ville voit en effet son investissement dans le projet lissé fixé à 4,74 millions d’euros par an jusqu’en 2038. Y compris quand un groupe scolaire doit être financé (5 sont prévus), ou des équipements sportifs.

« Ce temps de discussions nous a permis, en plus, d’entrer dans le détail du projet, et de fluidifier notre travail commun », a expliqué Stephan de Faÿ. « Maintenant, l’idée est de mettre les habitants autour de la table pour avoir leur avis. Certains points sont déjà fixés, mais il reste des espaces où chacun peut s’exprimer », a ajouté le maire.

Après un exposé détaillé d’Anne Maikovsky et Benoit Quessard, respectivement directrice territoriale et directeur de projets chez GPA, de nombreuses questions ont été posées au maire et aux trois intervenants de GPA, y compris par SMS pour les personnes à distance.

« Quelles seront les voies hors d'eau ? » « Quelle attractivité pour les entreprises ? » « Comment garantir la conformité PMR des logements ? » etc.

Celle de l’attractivité des futurs locaux d’activité pour les entreprises, par exemple. Une habitante a relevé que, aujourd’hui, des millions de mètres carrés ne trouvent plus preneur en région parisienne. « Avec les futurs transports en commun, les temps de parcours vont être réduits de manière spectaculaire et les Ardoines devenir l’un des sites les plus accessibles d’Île-de-France », a argué Stephan de Faÿ.

Une habitante a protesté : à travers les aménagements prévus, « on bétonne, on supprime des espaces de pleine terre qui sont importants dans un contexte d’élévation des températures ». Des stratégies sont mises en œuvre pour garder un maximum de pleine terre, ont assuré les intervenants, ajoutant que 52 % de la surface sera perméable, et que des espaces verts, dont un parc de 5 hectares, sont prévus.   

À un habitant souhaitant des détails sur le départ annoncé du dépôt pétrolier, le maire a rappelé le lancement d’une déclaration d’utilité publique à l’issue de la renégociation, qui devrait aboutir d’ici 10-12 mois à une décision de justice et à la mise en œuvre du départ.

Sur les logements, un habitant a insisté sur la nécessité de vérifier la conformité effective des équipements en matière de normes PMR (personnes à mobilité réduite). Un autre a posé la question du coût des logements futurs. « 40 % de logements sociaux sont prévus, nous militons pour que ce soient des logements les plus sociaux possibles mais les financements doivent être trouvés », a souligné Pierre Bell-Lloch, ajoutant : « À l’achat, avec l’arrivée du tramway et du métro, on constate actuellement une envolée des prix sur la ville. Sur les Ardoines, avec la charte promoteurs, ces prix seront contenus, avec un plafond au mètre carré ».

Naï Asmar

Prochaines réunions :
Le 17 septembre à 19h, au collège Josette-et-Maurice-Audin, 31, rue Berthie-Albrecht, sur la ZAC Seine Gare et, notamment, les usages des espaces publics du secteur Gare ;
• Le 24 septembre à 19h, au centre technique municipal, 25, rue du Bel-Air, sur la ZAC Gare Ardoines et, en particulier, le secteur Descartes.

Plus d'infos :
Le projet en vidéo :
Les Ardoines - Opération d'Intérêt National
Revoir la présentation : Projet des ardoines - Vitry / EPA ORSA
Revoir le direct : "Réunion publique - Les Ardoines 08/09"
Lire le dossier : "Aménagement des Ardoines : poursuivons ensemble le projet"
Lire l'article : "Les Ardoines : réunion publique le 8 septembre à 19h"

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires