Record d’affluence pour la 2e édition du Forum logement

Publiée le 22 mars 2023 - Mise à jour le 31 mars 2023

© Julian Renard

Samedi 18 mars, des centaines de Vitriots ont pris part à la 2e édition du Forum logement, à l’hôtel de ville. Venus s’informer ou porter leurs revendications auprès des partenaires et acteurs du logement, ce fut aussi pour eux l’occasion de faire front commun avec les élus pour exiger de l’État de vrais moyens pour le logement.

Dès 9 heures, et sous un beau soleil d’hiver, une trentaine de Vitriots forment déjà une file d’attente devant le barnum installé près de l’entrée de l’hôtel de ville, pour s’inscrire aux permanences des élus.

Rachida Khatim, « Vitriote de cœur et d’âme », est venue défendre le cas de ses parents, « des personnes âgées, logées dans un immeuble sans ascenseur », compte sur les élus « qui sauront, par leur générosité, interpeller le bailleur » sourd à ses revendications, depuis quatre ans.

Fatima S., mère de quatre enfants, dont un enfant asthmatique, « aimerait changer de logement, car il y a trop d’infiltrations dans les chambres. »

Mohamed Benbouzid, en situation de handicap, Dalo depuis 2019, « vit à l’étroit, avec sa femme et ses trois enfants, dans un 40 m2 » et ne comprend pas que son dossier n’avance pas plus vite.

7 000 demandeurs de logements

Des problématiques de logements délicates que le maire, Pierre Bell-Lloch, et 16 autres élus ont pris le temps d’écouter en recevant individuellement, en salle du conseil, près de 200 Vitriots. Ils étaient 114 l’an dernier.

Preuve, s’il en faut, « que le logement est la priorité numéro un des Français, mais aussi des Vitriots », rappelle Luc Ladire, premier adjoint au maire, délégué à l’Accès au logement et pilote de l’événement.

C’est ce qui a conduit la municipalité à s’engager avec cinq bailleurs de la ville (Valdevy, Valophis, la Semise, Logirep, Batigère) dans une convention partenariale permettant de faciliter l’accès au logement social, simplifier les échanges et les rotations au sein du parc social, mieux échanger entre bailleurs et accompagner les Vitriots dans les démarches DALO avec une permanence supplémentaire de l'ADIL.
Cette convention a été signée lors du forum, dès son ouverture, à 9 h 15.

La salle Kijno a, elle aussi, connu une très forte affluence. Les Vitriots pouvaient s’y informer et porter leurs doléances auprès des partenaires de la ville : les bailleurs – la Semise, Valdevy, Valophis, Batigère, Logirep – l’ADIL, Coallia ou encore des amicales de locataires, dont la CNL 94.

« Nous sommes vent debout pour la défense des locataires, de plus en plus mal-logés. Ils subissent de fortes hausses de loyer avec un pouvoir d’achat en berne. Leur situation s’est beaucoup dégradée depuis la covid », a dénoncé Brigitte Perennou, présidente de l’amicale CNL des locataires à Auber et administratrice de la Semise.

Exiger de l’État des moyens pour le logement

Salle Kijno, chacun pouvait participer à la fresque collective, façon puzzle, représentant la ville, en y apposant un petit message.

Brahima y a inscrit : « Je veux une maison pour avoir ma chambre, et maman aussi ». Car, commente-t-il, du haut de ses 9 ans, « nous habitons à l’hôtel à Ivry avec ma maman, mes deux frères et mes deux sœurs. Je veux emménager à Vitry. »

L’après-midi, une table ronde a abordé le sujet de l’encadrement des charges impactées par l’augmentation du coût de l’énergie et les leviers pour y remédier.

Un peu partout au forum, des urnes étaient à disposition pour signer et déposer la carte-pétition « Vitry fière et populaire, droit au logement pour toutes et tous », adressée au président de la République, en vue, précise Luc Ladire, d’exiger avec les habitants que l’État « construise plus de logements, qu’ils soient accessibles à tous, et qu’il répartisse mieux la construction des logements sociaux sur le territoire ».

Propos que corrobore Fatmata Konaté, élue et présidente de la Semise, premier bailleur social de Vitry, avec plus de 3 600 logements : « L’État ne met pas les moyens pour construire et réhabiliter les logements. Le logement social est menacé, si on ne le défend pas, il sera aux mains du secteur privé ! »

Le maire, Pierre Bell-Lloch, sera reçu en audience au ministère du Logement le 13 avril. Il s’y rendra avec les cartes-pétition signées par les habitants et portera haut et fort leurs nombreuses et légitimes revendications en matière de logement.

Karima Nasli-Bakir

À lire également :
La jeunesse au cœur du 2e Forum logement
Crise énergétique et conséquences sur le logement

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères et les 2 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires

Partager sur :

FacebookTwitter

Envoyer :

Envoyer