Paul-Froment/8-Mai-1945

  

Vos élus référents

Isabelle OUGIER

Voir les délégations

Bernadette EBODE ONDOBO

Voir les délégations

Conseil de quartier

La date du prochain conseil sera communiquée prochainement.



Votre quartier

Histoire du quartier

Imaginez autour de vous des champs, au loin la Seine, quelques chemins et ruelles qui portent des noms bucoliques. Le chemin d'Amour relie le Port-à-l'Anglais à Choisy (dans le prolongement de la rue Édith-Cavell), la Petite-Ruelle ou voie du Moulin (rues Grétillat et Victor-Ruiz) mène jusqu'au fleuve… Nous sommes en 1910, et le paysage n'a pas beaucoup changé depuis le XVIIIe siècle, si ce n'est l'apparition du chemin de fer.

Le hameau du Petit-Vitry regroupe quelques maisons, la ferme du château, son potager et deux fabriques : la société Loreid, spécialisée dans la confection de toiles cirées, et l'usine de pâtes alimentaires fondée par Camille Groult en 1850, qui se dresse rue d'Oncy (actuelle rue Camille-Groult).

L'industriel, également maire de la commune de 1868 à 1874, fera aussi construire des logements avec des jardins familiaux pour ses ouvriers et rénovera un ancien couvent pour en faire un orphelinat. Ce dernier compte 120 places pour des jeunes filles âgées de 13 à 21 ans. Les pensionnaires travaillent à la tâche, moyennant un salaire sur lequel sont prélevés leurs frais de nourriture et d'entretien. Le surplus leur permet de se constituer un petit pécule et un trousseau qui leur sont remis à leur sortie.

Pendant les premières décennies du XXe siècle, le hameau ne s'est pas beaucoup étendu.
Il compte cependant les pavillons du lotissement de la ferme du château (depuis 1913), une dizaine de maisons loties par l'Union de l'électricité (1931) rue de Choisy et les premières habitations bon marché de la rue Albert-Thomas (1936).

En revanche, une grande zone industrielle a vu le jour le long de la Seine :

  • l'usine de produits chimiques des frères Poulenc, qui deviendra le groupe Rhône-Poulenc puis Sanofi (1909),
  • la fonderie Bidault-Élion, dont les locaux sont aujourd'hui utilisés par Air-liquide (1917),
  • la centrale thermique Arrighi (1927, détruite en 1991),
  • les Bateaux Rocca (1936)…

Entre 1920 et 1938, ce ne sont pas moins de seize entreprises qui s'installent de l'autre côté de la voie ferrée.

Dans les années cinquante, tout change ou presque. Le secteur compris entre l'avenue Rouget-de-l'Isle et la rue de Choisy est inclus dans la zone à urbaniser en priorité définie par l'État et destinée à loger, dans des conditions de confort moderne, un nombre croissant de familles.

Les grands ensembles font leur apparition le long de la nationale, rues Camille-Groult, Ampère, Bourgogne… La municipalité fait construire une piscine (1969), puis une patinoire (1978), aménage un marché couvert, le stade Gabriel-Péri. Elle acquiert, dans les années quatre-vingt-dix, l'ancien orphelinat Groult, dont le site avait été racheté, en 1951, par l'entreprise de matériel de bureau Gestetner. Le bâtiment permet de réunir les écoles de musique, de danse et d'arts plastiques en un même lieu.

Ouvertes en septembre 2005, les Écoles municipales artistiques effectuent ainsi la synthèse entre le passé industriel de la ville et le dynamisme qu'on lui connaît aujourd'hui.

Onze quartiers, une ville

  • Centre-ville
  • Clos-Langlois
  • Commune-de-Paris
  • Coteau-Malassis
  • Gare/Jean-Jaurès
  • Le-Fort
  • Le-Plateau
  • Moulin-Vert
  • Paul-Froment/8-Mai-1945
  • Port-à-l’Anglais
  • Vitry-Sud/Ardoines

Page publiée le 24 novembre 2021 - Mise à jour le 26 novembre 2021