L'école Éva-Salmon prépare son ouverture

Depuis une semaine, les préparatifs vont bon train pour que l’école Eva-Salmon prenne possession de ses locaux neufs.Depuis une semaine, les préparatifs vont bon train pour que l’école Eva-Salmon prenne possession de ses locaux neufs. © Cyril Ananiguian

Education

Publiée le 07 avril 2017 - Mise à jour le 11 avril 2017

Depuis une semaine, les préparatifs vont bon train pour que l’école Éva-Salmon prenne possession de ses locaux neufs. Les professionnels s’affairent pour que, à leur retour des vacances, les 360 petits élèves trouvent tout en place dans ce grand bâtiment.

Jeudi 6 avril, 9h30. La nouvelle école maternelle Éva-Salmon a des airs de fourmilière. À l’entrée, des camionnettes de livraison stationnent. Au seuil du hall, une dizaine de palettes vides empilées font face aux plantes vertes rassemblées ici provisoirement. Dans la loge du gardien, un technicien s’affaire à des essais d’alarme. Le bureau de la directrice accueille un mobilier gris flambant neuf.
Le sol est recouvert de cartonnages dépliés pour protéger carrelage et linoléum. Les déménageurs vont bon train, emportant les meubles en kit dans l’une des nombreuses salles de l’école avant de les assembler. Des armoires surtout.

Tout près, dans une pièce dévolue aux petits, 25 lits d’enfants à barreaux bleus remplissent entièrement l’espace… On dirait une installation d’art contemporain.
Dans le large couloir où trônent des rangées de bancs assortis de porte-manteaux, les parois occupent encore des ouvriers affairés aux derniers coups de truelles d’enduits et de pinceaux.

Dans les salles prévues pour accueillir 14 classes, des interventions de l’entreprise générale se poursuivent également.

À l’étage, dédié aux moyens et grands, les portes affichent les noms des professeurs :  "Arielle", "Dany", et dans les classes et salles spécialisées, le mobilier neuf et ancien rassemblé s’accumule avant d’être remis en place.

À deux pas, près de la salle de restauration, la régie Architecture de la ville vient de contribuer à l’installation de la chaîne de lavage et des frigos. La spectaculaire salle à manger, vide et silencieuse, offre une vue sur 3 points du quartier et baigne dans la douce lumière teintée de rouge, d’orange et de vert des 8 "fenêtres cabanes" imaginées par l’architecte. À son seuil, l’horloge attend d’être mise à l’heure.

Quant au centre de loisirs, qui a sa partie réservée à l’extrémité, les jeux y restent à déballer et les animateurs mobilisés pour l’occasion, comme plusieurs gardiens d’école, s’habituent aux vastes locaux et consultent leur plan d’emménagement.
Des ATSEM, agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, qui participent au grand changement, rassemblés à deux pas pour un point d’organisation, commentent les opérations.

"Avant de tout nettoyer pour la rentrée, nous avons désinfecté les matelas, nettoyé les lits et les avons mis sous plastique pour éviter la poussière. On a guidé les déménageurs pour mettre les affaires au bon endroit, emballé et transporté les objets légers de l’ancienne école à la nouvelle : peinture, matériel de buanderie, etc."

En effet, une deuxième équipe de déménageurs fait les derniers allers-retours entre les deux bâtiments, l’ancien et le nouveau, distants d’à peine quelques mètres, pour y ramener les meubles conservés.

D’ailleurs, le bâtiment construit au début des années 70 et ses modulaires qui l’ont agrandi au fil des années sont déjà pratiquement vidés. Quelques dessins s’accrochent encore aux murs fanés, un ballon traîne sur le sol poussiéreux. La laine de verre détachée des plafonds commence à être évacuée : le bâtiment doit disparaître.

Gwénaël le Morzellec



 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • Q
  • F
  • D
  • U
  • J
  • G
  • 9
  • 5

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer